Cas d'utilisation de la Blockchain : le monde médical

Partager
Cas d'utilisation de la Blockchain : le monde médical
Ecoutez cet article
00:00 / 00:00

Alors qu’elle est le plus souvent associée au Bitcoin et à d’autres crypto-monnaies, la technologie blockchain a également été expérimentée pour le stockage et la protection de données dans différents secteurs. Avec les organisations caritatives et la chaîne d'approvisionnement, le secteur de la santé est l'un des cas d'utilisation les plus étudiés actuellement. Mais quels sont les aspects de la blockchain qui la rendent adaptée au domaine de la santé?


Les avantages de l'utilisation de la blockchain dans le monde médical

Certaines des fonctionnalités qui permettent aux blockchains de crypto-monnaie d'agir comme un enregistrement sécurisé des transactions financières sont également applicables au stockage de données médicales. Étant donné que la plupart des blockchains sont conçues comme des systèmes distribués qui enregistrent et protègent les fichiers grâce à la cryptographie, il est extrêmement difficile pour une personne de perturber ou de modifier les données sans l’approbation de tous les autres participants du réseau. L’immutabilité est donc l’une des caractéristiques permettant la création de bases de données incorruptibles pour les dossiers médicaux.

De plus, l'architecture de pair-à-pair utilisée dans les chaînes de blocs permet de synchroniser toutes les copies de l'enregistrement d’un dossier médical au fur et à mesure de sa mise à jour, même si elles sont stockées sur différents ordinateurs. En réalité, chaque nœud du réseau détient une copie de la blockchain complète et communique régulièrement pour garantir que les données sont à jour et authentiques. Ainsi, la décentralisation et la distribution des données sont également des aspects importants pour le monde médical.

Il est à noter que les blockchains sont distribuées mais pas toujours décentralisées (en termes de gouvernance). La décentralisation n'est pas une opération binaire, donc en fonction de la manière dont les nœuds sont distribués et de l'architecture globale, les systèmes distribués peuvent présenter des degrés de décentralisation variables. Dans le contexte de la santé et du monde médical, les blockchains sont généralement conçues en tant que réseau privé, par opposition aux réseaux publics qui sont généralement utilisés comme registres pour les crypto-monnaies. Tandis que n'importe qui peut rejoindre et contribuer au développement d'une blockchain publique, les versions privées nécessitent une autorisation et sont gérées par un nombre de nœuds plus réduit.


Les avantages potentiels

Une sécurité accrue

Comme indiqué précédemment, l’un des cas les plus importants d’utilisation des blockchains dans l’industrie médicale consiste à exploiter la technologie afin de créer une base de données sécurisée et unifiée entre homologues (et donc distribuée). Grâce à l’immutabilité des blockchains, la corruption des données ne devrait donc plus être un problème. La technologie blockchain peut de cette façon être utilisée pour enregistrer et suivre efficacement les données médicales de milliers de patients.

Contrairement aux bases de données traditionnelles qui reposent sur un serveur centralisé, l'utilisation d'un système distribué permet un échange de données avec des niveaux de sécurité accrus, tout en réduisant les coûts administratifs imposés par le système actuel. La nature décentralisée des blockchains les rend également moins vulnérables aux défaillances techniques et aux attaques externes qui compromettent souvent des informations précieuses. La sécurité fournie par les réseaux blockchain peut être particulièrement utile pour les hôpitaux, qui doivent souvent faire face aux intrusions de pirates informatiques et à des attaques par ransomware (ou rançongiciel).

L'interopérabilité

Un autre avantage des dossiers médicaux basés sur la blockchain est leur capacité à améliorer l'interopérabilité entre les cliniques, les hôpitaux et les autres prestataires de services de santé. Les différences technologiques entre les systèmes de stockage de données rendent souvent difficile le partage de documents entre les établissements de santé. Les blockchains peuvent ainsi résoudre ce problème en permettant aux parties autorisées d'accéder à une base de données unifiée de dossiers de patients ou même aux enregistrements des prescriptions de médicaments. Ainsi, plutôt que de tenter d’interagir avec le stockage interne des autres organisations, les fournisseurs de services pourront travailler ensemble sur un seul système.

Accessibilité et transparence

En plus de simplifier le processus de partage des enregistrements, les systèmes blockchain peuvent également donner aux patients des niveaux d'accessibilité et de transparence renforcés sur leurs propres informations de santé. Dans certaines circonstances, demander la validation des modifications apportées aux dossiers des patients pourra mieux garantir l’exactitude des enregistrements. Ce type de vérification, s’il est correctement utilisé, peut ainsi offrir un niveau de sécurité supplémentaire contre les erreurs humaines et les falsifications intentionnelles.

Une gestion fiable de la chaîne d'approvisionnement

Les chaînes de blocs peuvent incarner une méthode fiable pour suivre les produits pharmaceutiques tout au long du processus de fabrication et de distribution (traçabilité), réduisant ainsi le problème très répandu de la contrefaçon de médicaments. En conjonction avec les dispositifs IoT (Internet of things ou Internet des objets) utilisés pour mesurer des facteurs tels que la température, la technologie blockchain pourrait également être utilisée pour vérifier que les conditions de stockage et d'expédition sont adéquates ou pour authentifier la qualité d’un médicament.

Protection contre la fraude à l'assurance

La blockchain peut également être utilisée pour lutter contre la fraude à l'assurance maladie, un problème qui coûterait au système de santé américain environ 68 milliards de dollars par an. Les enregistrements immuables stockés dans des blockchains et partagés avec un fournisseur d'assurance pourraient empêcher certains types de fraude parmis les plus courants, comme la facturation d’interventions qui n'ont jamais eu lieu ou la facturation de prestations inutiles.

Le recrutement pour les essais cliniques

Une autre utilisation de la blockchain dans le monde médical consiste à améliorer la qualité et l'efficacité des essais cliniques. Les recruteurs d'essais cliniques pourraient utiliser les données médicales stockées sur des blockchains pour identifier les patients qui pourraient tirer un bénéfice des médicaments testés. Un tel système de recrutement pourrait considérablement améliorer les inscriptions aux essais cliniques, car de nombreux patients ne sont pas informés des essais de médicaments qui pourraient les concerner et n’ont jamais vraiment l’opportunité d’y participer. Pendant la réalisation des essais, des blockchains pourraient également être utilisées pour garantir l’intégrité des données collectées.


Limitations potentielles

Bien qu'elle offre de nombreux avantages aux patients et aux prestataires, la blockchain doit encore surmonter plusieurs obstacles avant de pouvoir prétendre à une adoption généralisée dans le secteur médical.

Conformité

Aux États-Unis, par exemple, les entreprises de santé intéressées par l’adoption de la technologie blockchain sont tenues de se conformer aux réglementations existantes en matière de données, telles que la loi HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act, ou Loi sur la transférabilité et la responsabilité en matière d'assurance maladie de 1996). La HIPAA définit essentiellement les normes de stockage, de partage et de protection des données dans le secteur de la santé. Ainsi, pour être pleinement conformes, les sociétés basées aux États-Unis devraient développer des systèmes d'enregistrement blockchain personnalisés, avec des fonctionnalités de confidentialité renforcées et une accessibilité limitée.

Coûts initiaux et rapidité

Du côté des fournisseurs, les solutions de type blockchain vont probablement impliquer un investissement initial élevé, ce qui empêchera certainement une adoption plus large. De plus, les systèmes distribués ont tendance à être nettement plus lents que les systèmes centralisés en termes de transactions par seconde. Un grand réseau blockchain, incluant de nombreux nœuds, aurait probablement besoin de plus de temps pour transmettre et synchroniser les données par rapport aux systèmes centralisés. Cela est particulièrement préoccupant pour les énormes bases de données qui devraient éventuellement stocker et suivre les informations de millions de patients. Le problème serait encore pire pour gérer des fichiers image de grande taille, tels que la tomographie par ordinateur ou les scanners IRM.


Pour conclure

De la création et du partage de dossiers médicaux inaltérables, à l’augmentation de la transparence de la chaîne d'approvisionnement pharmaceutique, les réseaux de blockchain présentent de nombreux cas d'utilisation prometteurs dans le secteur de la santé. Bien que des problèmes techniques, logistiques et réglementaires se posent, la mise en œuvre de ces systèmes jouera probablement un rôle important dans le futur du stockage et du transfert des données médicales.

Loading