Qu'est-ce que la réserve fractionnaire?

Partager
Qu'est-ce que la réserve fractionnaire?
Ecoutez cet article
00:00 / 00:00

La réserve fractionnaire est un système bancaire qui permet aux banques commerciales de réaliser des profits en prêtant une partie des dépôts de leurs clients, alors que seulement une petite portion de ces dépôts est en réalité stockée en argent réel et reste disponible pour les retraits. Concrètement, ce mécanisme bancaire crée de l’argent à partir de rien, en utilisant un pourcentage des dépôts bancaires des clients.

En d’autres termes, les banques sont tenues de détenir un pourcentage minimal (une fraction) de l’argent déposé dans leurs comptes financiers, ce qui signifie donc qu’elles peuvent prêter le reste de l’argent. Lorsqu'une banque accorde un prêt, l’établissement et la personne qui emprunte considèrent les fonds comme des actifs, en doublant ainsi le montant initial au sens économique du terme. Cet argent est ensuite réutilisé, réinvesti et prêté à plusieurs reprises, ce qui conduit à un nouvel effet multiplicateur. C’est ainsi que la réserve bancaire fractionnaire «crée de la nouvelle monnaie».

Les prêts et les dettes font partie intégrante du système bancaire des réserves fractionnaires et nécessitent souvent qu'une banque centrale mette de nouveaux fonds en circulation, de façon à ce que les banques commerciales puissent assurer les retraits. La plupart des banques centrales agissent également en tant qu'organismes de réglementation qui déterminent, entre autres, les réserves minimum obligatoires. Ce système bancaire est le plus utilisé par les institutions financières nationales. Il est ainsi largement répandu aux États-Unis et dans de nombreux autres pays basés sur le libre-échange.


La création des systèmes bancaires à réserve fractionnaire

Le système bancaire de réserve fractionnaire est apparu vers 1668 lorsque la Riksbank suédoise (Sveriges) est devenue la première banque centrale du monde - mais d'autres formes plus rudimentaires de banque de réserve fractionnaire étaient déjà utilisées. L'idée que les dépôts en argent puissent augmenter et croître, stimulant l'économie par le biais de prêts, est rapidement devenue populaire. Il était en effet assez logique d'utiliser les ressources disponibles afin d’encourager les dépenses, plutôt que de les stocker dans un coffre-fort.

Une fois que la Suède eut pris des mesures pour rendre la pratique plus officielle, la structure des réserves fractionnaires s’établit et se répandit rapidement. Deux banques centrales furent ainsi créées aux États-Unis, la première en 1791 et la seconde en 1816, mais aucune d’elles ne perdura. En 1913, la Federal Reserve Act créa la US Federal Reserve Bank (la FED ou Banque de Réserve Fédérale Américaine), qui est maintenant la banque centrale américaine. Les objectifs visés par cette institution financière sont de stabiliser, de maximiser et de superviser l’économie par rapport aux prix, à l’emploi et aux taux d’intérêt.


Comment ça marche?

Lorsqu'un client dépose de l'argent sur son compte bancaire, cet argent n'est plus la propriété du déposant, du moins pas directement. La banque en est maintenant propriétaire et, en retour, elle offre à son client un compte de dépôt sur lequel elle peut puiser. Cela signifie cependant que les clients de la banque doivent être en mesure d’avoir accès à la totalité de leur dépôt, sur simple demande, dans le respect des règles et des procédures bancaires en vigueur.

Cependant, lorsque la banque prend possession de l'argent déposé, en réalité elle ne conserve pas la totalité du montant sur le compte du client. Au lieu de ça, un petit pourcentage du dépôt est réservé (la réserve fractionnaire). Ce montant de réserve varie généralement entre 3% et 10% et le reste de l’argent est utilisé pour octroyer des prêts à d’autres clients.

Ci-dessous, voici des exemples simples illustrant comment les prêts ont la capacité de créer de l'argent :

  1. Le client A dépose 50 000 USD auprès de la banque 1. La banque 1 prête au client B  45 000 $
  2. Le client B dépose 45 000 $ auprès de la banque 2. La banque 2 prête au client C 40 500 $ 
  3. Le client C dépose 40 500 $ dans la banque 3. La banque 3 prête au client D 36 450 $
  4. Le client D dépose 36 450 $ auprès de la banque 4. La banque 4 prête au client E 32 805 $
  5. Le client E dépose 32 805 $ dans la banque 5. La banque 5 prête au client F 29 525 $

Avec une réserve fractionnaire requise de 10%, le dépôt initial de 50 000 $ est passé à 234 280 $ en devise totale disponible, ce qui est la somme des dépôts de tous les clients dans leurs établissement respectifs. Bien qu’il s’agisse d’un exemple très simplifié de la manière dont la réserve fractionnaire des banques génère de la monnaie via l’effet multiplicateur, elle illustre concrètement l’idée de base.

Notez que le processus est basé sur le principal de la dette (le montant sur lequel sont basés les intérêts du prêt). Les comptes de dépôt représentent l’argent que les banques doivent à leurs clients (responsabilité) alors que les prêts qui produisent les intérêts sont ce qui rapporte le plus d’argent aux banques, car ils constituent pour elles un actif. Pour faire simple, les banques gagnent de l'argent en générant plus d'actifs sur leurs comptes de prêts que sur leurs passifs liés aux comptes courants (de dépôt).


Qu'en est-il de la panique bancaire?

Que se passe-t-il si tous les détenteurs de fonds dans une certaine banque décident de se présenter et de retirer tout leur argent? C’est ce qu’on appelle la panique bancaire, car comme la banque n’est tenue que de conserver une petite fraction des dépôts de leurs clients, il est probable qu’elle fasse faillite en raison de son incapacité à honorer ses obligations financières.

Pour que le système bancaire de réserves fractionnaires fonctionne, il est impératif que les déposants ne se ruent donc pas tous en même temps sur les banques pour retirer ou accéder à l’intégralité de leurs fonds. Bien que des paniques bancaires aient déjà eu lieu dans le passé, ce n'est généralement pas la façon normale d’agir pour des clients. En effet, a priori, les utilisateurs tentent retirer tout leur argent seulement s'ils croient que la banque a de graves problèmes.

Aux États-Unis, la Grande Dépression est un exemple notoire de la catastrophe qui peut être provoquée par un retrait massif. Aujourd'hui, les réserves détenues par les banques constituent l'un des moyens qu’elles utilisent pour minimiser les chances qu’un tel évènement se reproduise. Certaines banques détiennent à cette fin plus que le minimum requis en réserve, pour mieux répondre aux demandes de leurs clients et assurer un accès aux fonds des comptes de dépôt.


Avantages et inconvénients du système bancaire à réserve fractionnaire 

Alors que les banques profitent de la plupart des avantages de ce système très lucratif, une petite partie du système ruisselle aussi vers les clients des banques qui perçoivent des intérêts sur leurs comptes de dépôt. Les pouvoirs publics sont également partie prenante de ce mécanisme et défendent souvent le fait que les systèmes bancaires à réserves fractionnaires encouragent les dépenses et assurent la stabilité et la croissance économiques.

Cependant, de nombreux économistes estiment que le système de réserves fractionnaires est insoutenable et même assez risqué - surtout si l’on considère que le système monétaire actuel, mis en œuvre par la plupart des pays, repose en réalité sur le crédit / la dette et non sur l’argent réel. Notre système économique reposant sur le principe selon lequel les gens font confiance à la fois aux banques et à la monnaie fiduciaire, établie comme monnaie légale par les gouvernements.


Réserve bancaire fractionnaire et cryptomonnaie

Contrairement au système traditionnel de monnaie fiduciaire, le Bitcoin a été créé comme une monnaie numérique décentralisée, donnant naissance à un cadre économique alternatif qui fonctionne de manière totalement différente.

Comme la plupart des crypto-monnaies, Bitcoin est géré par un réseau de nœuds distribué. Toutes les données sont protégées par des preuves cryptographiques et enregistrées sur un grand registre public et distribué appelé la blockchain. Cela signifie qu'il n'y a pas besoin d'une banque centrale et qu'il n'y a pas d'autorité en charge.

En outre, l'émission de Bitcoin est limitée, de sorte qu'aucune autre unité ne sera générée une fois que l'offre maximale de 21 millions d'unités aura été atteinte. Par conséquent, le contexte est totalement différent et il n’existe pas de réserve fractionnaire dans le monde du Bitcoin et des crypto-monnaies.

Loading