Qu'est ce que l'Hyper-inflation?

Partager
Copied to clipboard!
Qu'est ce que l'Hyper-inflation?
Ecoutez cet article
00:00 / 00:00

Toutes les économies sous soumises à un certain niveau d’inflation, et c’est notamment le cas lorsque le prix moyen des biens augmente à mesure que le pouvoir d’achat de la monnaie concernée diminue. Généralement, les gouvernements et les institutions financières collaborent pour garantir que l’inflation intervient de façon progressive et en douceur. Toutefois, il est arrivé de nombreuses fois dans l’histoire que les taux d'inflation se soient accélérés à un degré sans précédent, ce qui a entraîné une diminution effrayante de la valeur réelle de la monnaie du pays en question. Ce taux d'inflation accéléré est ce que nous appelons l'hyperinflation.

Dans son livre, "La dynamique monétaire de l'hyperinflation", l'économiste Philip Cagan déclare que les périodes d'hyperinflation commencent lorsque le prix des biens et des services augmente de plus de 50% en un mois. Par exemple, si le prix d'un sac de riz augmentait de 10 à 15 dollars en moins de 30 jours, passant de 15 à 22,50 dollars à la fin du mois suivant, nous serions face à une hyperinflation. Et si cette tendance se maintenait, le prix du sac de riz pourrait atteindre 114 dollars en six mois et plus de 1 000 dollars en un an.

Le taux d'hyperinflation reste rarement stable à 50%. Dans la plupart des cas, ces taux s’accélèrent si rapidement que le prix de divers biens et services peut considérablement augmenter en un seul jour, voire même en plusieurs heures. En raison de la hausse des prix, la confiance des consommateurs et la valeur de la monnaie du pays diminuent. En fin de compte, l'hyperinflation provoque un effet d'entraînement (réaction en chaîne) qui entraîne la fermeture d'entreprises, une augmentation du taux de chômage et une baisse des recettes fiscales. Des épisodes d'hyperinflation bien connus se sont ainsi produits en Allemagne, au Venezuela et au Zimbabwe, mais de nombreux autres pays ont connu des crises similaires, notamment la Hongrie, la Yougoslavie, la Grèce et bien d'autres.


Hyperinflation en Allemagne

L'un des exemples d'hyperinflation les plus célèbres s'est produit dans la République allemande de Weimar après la Première Guerre mondiale. L’Allemagne avait emprunté d’énormes quantités d’argent pour financer l’effort de guerre, convaincue qu’elle gagnerait le conflit armé et se servirait des réparations demandées aux Alliés pour rembourser ses dettes. Non seulement l'Allemagne n'a pas gagné la guerre, mais elle a dû payer des milliards de dollars en réparations.

Malgré le débat sur les causes de l’hyperinflation allemande, certaines des causes fréquemment citées sont la suspension de l’étalon-or, les réparations de guerre et l’émission téméraire de monnaie-papier. La décision de suspendre l'étalon-or au début de la guerre signifiait que la quantité de monnaie en circulation n'avait aucun rapport avec la valeur de l'or que possédait réellement le pays. Cette étape controversée a conduit à la dévaluation de la monnaie allemande, ce qui obligea les Alliés à exiger que les réparations soient payées dans une monnaie autre que le mark allemand. L’Allemagne a réagi en imprimant des quantités massives de son propre argent pour acheter des devises étrangères, entraînant une dépréciation encore plus grande de la valeur du mark allemand.

À certains moments de cet épisode historique, les taux d'inflation ont augmenté à un rythme de plus de 20% par jour. La monnaie allemande est devenue tellement inutile que certains citoyens ont brûlé leur monnaie-papier, pour chauffer leurs maisons, car c'était effectivement moins cher que d'acheter du bois.


Hyperinflation au Venezuela

Grâce à ses importantes réserves de pétrole, le Venezuela a maintenu une économie saine durant le XXe siècle, mais la surabondance du pétrole dans les années 80, suivie de la mauvaise gestion économique et de la corruption du début du XXIe siècle, ont provoqué une importante crise socio-économique et politique. La crise a ainsi débuté en 2010 et figure désormais parmi les pires de l'histoire de l'humanité.

Au Venezuela, les taux d’inflation ont augmenté très rapidement, passant de 69% en 2014 à 181% en 2015. La période d’hyperinflation a elle débuté en 2016, marquée par une inflation de 800% à la fin de l’année, suivie de 4 000% en 2017, pour atteindre 2 600 000% au début de l’année 2019.

En 2018, le président Nicolás Maduro a annoncé qu'une nouvelle monnaie (le Bolivar souverain) serait émise afin de lutter contre l'hyperinflation, remplaçant l'actuel bolivar au taux de 1/100 000. Ainsi, 100 000 bolivares sont devenus 1 bolivar souverain. Cependant, l'efficacité d'une telle initiative est très discutable. L'économiste Steve Hanke a déclaré en ce sens que la réduction des zéros est «une chose esthétique» et «ne veut rien dire à moins de changer la politique économique».


Hyperinflation au Zimbabwe

Après l’indépendance du pays en 1980, l’économie du Zimbabwe était relativement stable durant ses premières années. Cependant, le gouvernement du président Robert Mugabe  lança en 1991 un programme appelé ESAP (Economic Structural Adjustment Programme ou Programme d’ajustement structurel économique en français), considéré comme une cause majeure de l’effondrement économique du Zimbabwe. Parallèlement à l’ESAP, les réformes agraires conduites par les autorités ont également entraîné une chute brutale de la production agroalimentaire, entraînant une grave crise financière et sociale.

Le dollar zimbabwéen (ZWN) commença à présenter des signes d'instabilité à la fin des années 90 et des épisodes hyper-inflationnistes ont commencé au début des années 2000. Les taux d’inflation annuels ont ainsi atteint 624% en 2004, 1 730% en 2006 et 231 150 888% en juillet 2008. Faute de données fournies par la banque centrale du pays, les taux postérieurs au mois de juillet sont basés sur des estimations théoriques.

Selon les calculs du professeur Steve H. Hanke, l’hyperinflation au Zimbabwe a culminé en novembre 2008 à un taux annuel de 89,7 sextillions pour cent, ce qui équivaut à 79,6 milliards par mois, ou 98% par jour.

Le Zimbabwe a été le premier pays à connaître une hyperinflation au 21ème siècle et a enregistré le deuxième épisode d'inflation le plus grave de l'histoire (après la Hongrie). En 2008, le ZWN a été officiellement abandonné et les devises étrangères ont été adoptées comme monnaie légale.


L'utilisation de crypto-monnaies

Les bitcoins et autres crypto-monnaies n'étant pas basés sur des systèmes centralisés, leur valeur ne peut être déterminée par des institutions gouvernementales ou financières. La technologie Blockchain garantit en effet que l'émission de nouveaux coins (ou pièces) suit un calendrier prédéfini et que chaque unité est unique et protégée de la duplication.

Ce sont certaines des raisons qui font que les crypto-monnaies deviennent de plus en plus populaires, en particulier dans les pays confrontés à l'hyperinflation, tels que le Venezuela et le Zimbabwe. Des cas similaires peuvent être observés dans des pays comme le Zimbabwe, où les paiements entre particuliers en devises numériques ont connu une hausse spectaculaire.

Dans certains pays, les autorités étudient sérieusement les possibilités et les risques associés à l'introduction d'une crypto-monnaie soutenue par le gouvernement, en tant qu'alternative potentielle à la monnaie fiduciaire traditionnelle. La banque centrale de Suède est parmi les premières à l’avoir annoncé. Parmi les autres exemples notables, citons les banques centrales de Singapour, du Canada, de la Chine et des États-Unis.


Pour conclure

Bien que les cas d’hyperinflation puissent sembler rares, il est évident qu’une période relativement brève d’instabilité politique ou sociale peut rapidement conduire à la dévaluation des monnaies traditionnelles. La baisse de la demande dans le seul domaine d’exportation d'un pays peut également avoir un effet important. Une fois la monnaie dévaluée, les prix montent très rapidement, créant finalement un cercle vicieux. Plusieurs gouvernements ont essayé de résoudre ce problème en imprimant plus d'argent, mais cette tactique à elle seule s'est toujours révélée inutile et n'a servi qu'à réduire davantage la valeur globale de la monnaie. Il est intéressant de noter que lorsque la confiance dans la monnaie traditionnelle diminue, la confiance dans la crypto-monnaie tend à augmenter. Cela pourrait avoir de lourdes conséquences à l'avenir, dans la façon dont l'argent est perçu et géré de par le monde.

Loading